Les douze raisons pour lesquelles nous abandonnons

par | 12 Nov 2022

  • Facebook
  • Pinterest
  • LinkedIn

Pourquoi fixons-nous des résolutions du Nouvel An qui durent rarement jusqu’en janvier, et encore moins pendant toute l’année ? Pensez à celles que vous vous êtes fixés. Avez-vous fait quelque progrès? Qu’est-ce qui ne va pas – encore et encore ?

La plupart des résolutions du Nouvel An sont liées à la santé, et le coaching consiste à aider les personnes qui réussissent à changer leur comportement relationnel. Pourtant, bon nombre des obstacles qui nous empêchent d’aller au gymnase sont souvent les mêmes qui nous empêchent d’atteindre n’importe quel objectif.

Sept des raisons les plus courantes pour abandonner nos objectifs sont énumérées ci-dessous. Comprendre ces obstacles vous aidera à appliquer une médecine préventive – et augmentera les chances que vous ne tombiez pas dans les mêmes vieux pièges.

Avant de continuer, nous avons pensé que vous aimeriez télécharger gratuitement nos trois exercices d’atteinte d’objectifs. Ces exercices détaillés et basés sur la science vous aideront à créer des objectifs réalisables et à maîtriser des techniques pour créer un changement de comportement durable.

1. Nous manquons de « bon » discours intérieur

Baissez le volume de votre voix intérieure négative et créez une voix intérieure nourricière pour prendre sa place. Lorsque vous commettez une erreur, pardonnez-vous, apprenez-en et passez à autre chose au lieu d’en être obsédé. Tout aussi important, ne laissez personne d’autre s’attarder sur vos erreurs ou vos lacunes ou attendre la perfection de votre part.

beverly engel

 

Les chercheurs en neurosciences ont évalué que chaque être humain a 6200 pensées par jour.

Nos schémas de discours intérieur sont trop souvent négatifs – nous nous concentrons sur des idées préconçues selon lesquelles nous ne sommes «pas assez bons» ou «toujours un échec» ou «ne pouvons rien faire de bien». Nos cerveaux sont câblés pour se souvenir des expériences négatives plutôt que positives, nous nous rappelons donc les fois où nous n’avons pas tout à fait réussi plus que les fois où nous le faisons. Nous rejouons ensuite ces messages dans notre esprit, alimentant des sentiments négatifs (Jantz, 2016).

Un regard sur la psychologie
Le discours intérieur est généralement considéré comme un mélange de croyances et de préjugés conscients et inconscients que nous avons sur nous-mêmes et sur le monde en général. C’est Sigmund Freud qui a créé l’idée que nous avons à la fois des niveaux de pensée conscients et inconscients, avec des processus de réflexion inconscients influençant notre comportement d’une manière que nous ne réalisons pas.

Pour faire simple, il y’a un programme naturel qui à l’intérieur de chacun de nous « parle négativement »; mais nous avons la capacité de « reprogrammer » positivement notre erveau grâce au dialogue intérieur positif.

10 exemples d’énoncés et de phrases d’auto-conversation positives

Si le discours intérieur positif vous semble être un territoire étranger, il peut être difficile de savoir par où commencer en termes d’énoncés positifs efficaces et de phrases à essayer.

Il est important de savoir que le discours intérieur positif de tout le monde ne sera pas le même, et vous devriez essayer différentes approches pour trouver celles qui fonctionnent finalement pour vous.

En voici dix phrases, juste pour vous aider à démarrer :

1. J’ai le pouvoir de changer d’avis.
2. Tenter de le faire a demandé du courage et je suis fier de moi pour avoir essayé.
3. Même si ce n’était pas le résultat que j’espérais, j’ai beaucoup appris sur moi-même.
4. J’ai peut-être encore du chemin à parcourir, mais je suis fier du chemin que j’ai déjà parcouru.
5. Je suis capable et fort, je peux m’en sortir.
6. Demain est l’occasion de réessayer, avec les enseignements tirés d’aujourd’hui.
7. Je vais tout donner pour que ça marche.
8. Je ne peux pas contrôler ce que les autres pensent, disent ou font. Je ne peux que me contrôler.
9. C’est l’occasion pour moi d’essayer quelque chose de nouveau.
10. Je peux apprendre de cette situation et grandir en tant que personne.

 

Faites attention à ce que vous dites sur vous car quelqu’un de très important vous écoute. VOUS.

Jean Assaraf

 

Comment utiliser l’auto-conversation positive : 4 stratégies et techniques

Avant de pouvoir commencer à utiliser le discours intérieur positif, vous devez d’abord identifier la fréquence et le type de pensées négatives/de discours intérieur dans lesquels vous vous engagez. Une fois que vous comprenez cela, vous pouvez commencer à recycler vos pensées.

Le discours intérieur négatif a tendance à appartenir à l’une des quatre catégories suivantes :

1. Personnalisation – Cela signifie que vous vous blâmez lorsque les choses tournent mal.
2. Polarisation – Cela signifie que vous ne voyez les choses que comme bonnes ou mauvaises, sans zones grises ni place pour un terrain d’entente.
3. Loupe – Cela signifie que vous vous concentrez uniquement sur le mauvais ou le négatif dans chaque scénario et que vous rejetez tout ce qui est bon ou positif.
4. Catastrophisant – Cela signifie que vous vous attendez toujours au pire.
Vous pouvez vous identifier à une seule de ces catégories ou à plusieurs. Le fait est qu’une fois que vous commencez à catégoriser vos pensées de cette manière, vous pouvez alors commencer à les changer pour des images plus positives.

Cela ne se fera pas du jour au lendemain, et vous devrez vous assurer de vous entraîner à vraiment vous concentrer sur votre discours intérieur et à identifier les changements nécessaires.

Si vous entendez une voix en vous dire « vous ne pouvez pas peindre », alors peignez certainement, et cette voix sera réduite au silence.

Vincent Van Gogh

 

Certaines stratégies que vous pourriez utiliser pour y parvenir pourraient inclure :

1. Identifier les pièges du discours intérieur
Certaines situations peuvent nous amener à nous livrer à un discours intérieur plus négatif que d’autres. Par exemple, un introverti peut trouver un discours intérieur négatif lorsqu’il doit assister à des événements sociaux ou à des réseaux.

L’identification de ces pièges peut vous aider à vous préparer davantage à aborder et à transformer votre discours intérieur négatif en positif.

2. Utilisez des affirmations positives
Les affirmations positives sont un excellent moyen de changer notre conversation intérieure. Avant même qu’une situation ne survienne qui pourrait inciter à un discours intérieur négatif, entraînez-vous à dire des affirmations positives dans le miroir pour encourager votre approche positive de vous-même.

Les repères visuels sont également d’excellents rappels pour adopter une approche plus positive. Des petites notes, des affiches ou des post-its autour de la maison avec des expressions positives peuvent faire une énorme différence dans votre état d’esprit quotidien.

3. Enregistrez régulièrement  vos émotions
Passer à un discours intérieur positif demande des efforts. Nous sommes tellement sensibles au discours intérieur négatif qu’il ne faudra peut-être qu’un ou deux revers mineurs pour vous remettre sur cette voie.

Lorsque des défis surviennent, assurez-vous de vérifier comment vous vous sentez et que votre discours intérieur n’est pas devenu négatif. Ramenez-le avec quelques phrases positives.

4. N’ayez pas peur de créer des limites
Parfois, il y a des gens dans nos vies qui ne font pas ressortir le meilleur de nous. Identifier les pièges du discours intérieur peut également signifier identifier une personne ou deux qui vous encourage à penser négativement à vous-même. Il est normal de créer des limites et de supprimer ces personnes.

Concentrez-vous sur le fait de vous entourer de personnes qui parlent positivement de vous et encouragez-vous à faire de même.

2. Nous manquons d’intention

Décidez comment vous voulez vivre
et qui vous voulez devenir.
Les pensées intentionnelles mènent à l’action.
Vos actions créent vos expériences.
Vos expériences définissent votre caractère.
A chaque instant,
vous définissez qui vous deviendrez.
Commencez avec intention

 

Un objectif décrit ce que vous voulez atteindre. Une intention est le but le plus profond derrière vos actions. Bien que les objectifs soient importants, ils sont toujours tournés vers l’avenir. Lorsque vous réfléchissez à votre intention, cela vous amène dans le moment présent.
Par exemple, l’un de vos objectifs pourrait être de courir 10 kilomètres par semaine alors que le
l’intention derrière cela pourrait être de donner la priorité au bien-être et à une meilleure santé.
Définir une intention vous encourage à vous concentrer sur vos valeurs personnelles
et à vous rappeler ce qui est important.

Contrairement à un objectif, l’accomplissement d’une intention peut être fait immédiatement.
Tant que vous décidez d’être joyeux ou en paix en ce moment, vous êtes en train de pratiquer votre intention – vous pouvez littéralement commencer au moment où votre esprit
décide de le faire.
Les objectifs peuvent perdre leur sens lorsque l’intention derrière eux est perdue. Lorsque vous vous reconnectez votre liste de tâches à votre intention, même la tâche la plus banale devient motivante. Pour cette raison, combiner intentions et objectifs vous permet
de profiter autant du voyage que de la destination.

Comment définir une intention

Imaginez que vous venez d’atteindre votre objectif. Décrivez votre état de
être ou comment vous vous sentez. (c’est-à-dire joyeux, connecté, en paix, assez)
Sélectionnez un mot ou une description qui vous parle le plus.
Reconnaissez-le comme votre intention pour l’année en remplissant ce blanc :
Cette année, mon intention est d’être/ressentir ……………………………………… ……………. .
BONUS : INTRODUISEZ-VOUS !
Commencez dès maintenant en recadrant cette qualité comme une affirmation.
Je suis ………………………………………… …………. .

Un regard sur la psychologie

Le cortex préfrontal (PFC) est la partie de notre cerveau, juste derrière notre front et nos yeux, qui est responsable de la pensée abstraite, de l’analyse des pensées et de la régulation du comportement.

Lorsque vous méditez ou réfléchissez à des pensées contradictoires, prédisez les résultats de nos choix et décidez « le bon verset est le mauvais », vous vous fiez à votre PFC. Dans la figure de droite, il est surligné en rouge.

Le PFC contrôle ce à quoi nous prêtons attention, comment nous exprimons notre personnalité, ce à quoi nous pensons et ce que nous ressentons. En d’autres termes, il contrôle une grande partie de « qui nous sommes ».

la tâche principale de notre PFC est d’encourager le cerveau à faire la chose la plus difficile. Commander la salade au lieu du steak, aller à la gym quand vos amis sont au café, vous lancer dans ce projet dont vous rêvez même s’il est plus facile de tergiverser, etc.

Les pouvoirs « je veux, je ne veux pas et je vais » qui comprennent la volonté s’appuient sur différentes parties du PFC. La région du cerveau près du côté supérieur gauche est responsable du « je vais pouvoir », vous aidant à démarrer et à vous en tenir à des tâches moins amusantes ou stressantes.

Le côté droit gère le « Je ne vais pas pouvoir », vous empêchant d’agir sur chacune de vos impulsions ou envies.

Et la troisième région qui s’attaque au « Je veux du pouvoir », se situe plus bas au milieu du PFC, gardant une trace de vos objectifs et de vos désirs.

3. Nous manquons de bien-être

Qu’est-ce qui vous fait vous sentir entier ?
Qu’est-ce qui vous fait vous sentir fort ?
Qu’est-ce qui vous fait vous sentir ?
Il n’y a pas de raccourci ou de chemin unique vers le bien-être.
Cela commence par soi-même. Nourrir chaque aspect de votre vie, les soins holistiques permettent à votre corps, votre esprit,
et l’âme d’atteindre l’harmonie.

Le bien-être est important, mais souvent nous ne lui accordons pas la priorité tant que nous ne sentons pas un déséquilibre dans nos vies. Dans cet article, nous passerons en revue six dimensions du bien-être.

ÉMOTIONNEL
Je suis conscient de mes émotions. Je m’engage dans la créativité et les activités stimulantes.
CORPS
Je suis physiquement actif, je mange principalement des aliments entiers et je priorise mon sommeil.
SPIRITUEL
Je ressens à la fois un sens, une paix et une connexion au monde grâce à mon identité spirituelle.
TRAVAIL
J’obtiens une satisfaction personnelle et un épanouissement de mes responsabilités.
JEU
Je prends du temps pour des activités qui suscitent de la joie en moi.
AIMER
Je nourris et suis nourri par les gens de ma vie.

 Un regard sur la psychologie

Dans une méta-analyse de recherche cruciale publiée en 2005, Laura King, Ed Diener et

Sonja Lyubomirsky, trois sommités dans le domaine de la psychologie positive, a déterminé que

des centaines d’études indiquent que le succès dans tous les domaines de la vie découle du fait d’être dans un état émotionnel positif. Ainsi, nous réussissons parce que nous sommes heureux, et non le vice-versa. Que ce soit dans les relations avec les pairs, les postes de direction, la santé ou le mariage, les meilleurs résultats ont tendance à arriver aux personnes dont la vie est relativement heureuse.

Cela signifie que si vous êtes engagé dans le processus de définition d’objectifs dans n’importe quel domaine de la vie, il est utile de commencer par comprendre où vous en êtes par rapport à l’épanouissement émotionnel, puis trouver des moyens de l’améliorer à des niveaux optimaux sur une base cohérente.

4. Nous manquons d’humilité

Nous avons tendance à mépriser nos faibles commencements, et cela nous amène à ne pas persévérer.

Dans son livre Atomic Habits, James Clear nous rappelle que les profonds les changements proviennent rarement d’une seule action massive, plutôt de petits changements que nous pratiquons constamment. Voici trois conseils tirés de son livre pour nous aider à créer notre propre système.
Pour commencer, pensez à une habitude que vous souhaitez mettre en œuvre. Voulez-vous
méditer, appeler un ami ou lire davantage au quotidien ? Le plus spécifique
vous serez, plus cet exercice sera utile.

1. RÈGLE DES DEUX MINUTES
Alors que les grands objectifs sont grands, quand il s’agit de créer un changement durable, cela aide de démarrer petit. Lorsque vous démarrez une nouvelle habitude, pensez à
le rendre aussi facile et simple que possible,
et grandir à partir de là.

Je vais juste le faire deux minutes.

2. EMPILAGE DES HABITUDES
L’un des meilleurs moyens de créer une nouvelle habitude est d’identifier une habitude actuelle que vous avez et « empilez-la » avec votre nouvelle habitude désirée.
Après l’habitude actuelle, je vais nouvelle habitude.
EXEMPLE:
je vais m’asseoir tranquillement et me concentrer sur ma respirer juste
deux minutes.
EXEMPLE:
Après m’être brossé les dents, je vais
méditer.

3. INTENTION DE MISE EN ŒUVRE
Les deux signaux les plus courants qui déclenchent une habitude sont le temps et le lieu.

En décidant sur votre quand et où, vous ferez le
processus de prise de décision plus facile et diminuerez vos chances d’être distrait.

EXEMPLE:
je vais méditer à 8h00 dans la chaise ensuite
je vais au lit.

“ Les objectifs sont bons pour fixer une direction,
mais les systèmes sont les meilleurs pour progresser.
JAMES CLAIR

Pour résumer, une fois que vous avez choisi une habitude sur laquelle vous souhaitez vous concentrer :
1 Commencez petit.
2 Réfléchissez aux habitudes que vous avez déjà en place et décidez laquelle(s) a le plus de sens à empiler.
3 Décidez quand et où il serait préférable de mettre en œuvre l’habitude

5. Nous ignorons les obstacles

Dans la plupart des scénarios, il faut plus qu’une simple pensée positive pour atteindre nos objectifs. En fait, c’est souvent parce que nos fantasmes sont si insaisissables qu’ils nous attirent, ce qui signifie que nous devons être prêts à travailler pour les concrétiser.

De même, bien que nous ne puissions pas nier les bienfaits de la pensée positive sur notre esprit, notre corps et notre niveau de stress, il est impossible de rester optimiste et positif à 100 % du temps. Cela est particulièrement vrai face à de sérieux défis et bouleversements.

Un regard sur la psychologie

Au cœur de la plupart des interventions mentales contrastées se trouve une pratique qu’Oettingen appelle WOOP.

Chacune des quatre lettres de l’acronyme WOOP représente une étape dans le processus de contraste mental qui peut aider à préparer un individu à poursuivre la poursuite d’un objectif en dynamisant à la fois l’esprit conscient et inconscient (WoopMyLife.org, n.d.).

L’acronyme WOOP fonctionne comme un exercice de définition d’objectifs.

Les psychologues, les coachs, ou les personnes qui pratiquent l’auto-coaching, peuvent trouver utile d’intégrer l’exercice WOOP dans l’un de leurs outils existants afin d’établir l’orientation de leurs objectifs.

Examinons maintenant de plus près chaque lettre de l’acronyme WOOP.

W – Souhait
Le contraste mental commence par une composante de désir. Dans cette première étape, une personne sera invitée à réfléchir à une préoccupation, un désir ou un souhait clé concernant un domaine de la vie et à le visualiser.

Par exemple, une personne peut souhaiter recevoir une promotion à son travail ou réintégrer la scène des rencontres.

O – Résultat
Ensuite, une personne est invitée à réfléchir au résultat idéal pour que son souhait se réalise. Cela englobe généralement une composante émotionnelle, telle que la façon dont une personne se sentira une fois son objectif atteint ou comment atteindre l’objectif changerait fondamentalement sa vie.

Par exemple, la personne qui souhaite une promotion peut imaginer l’excitation associée au défi d’un nouveau rôle. De même, la personne qui cherche à recommencer à sortir ensemble peut s’imaginer ressentir un plus grand sentiment de connexion et de joie en rencontrant un partenaire potentiel.

Surtout, la personne est encouragée à vraiment faire une pause et à se laisser le temps d’imaginer à quoi ressemblerait ce résultat, dynamisant l’esprit pour commencer à poursuivre ce résultat (Oettingen et al., 2009).

O-Obstacles
La troisième partie du processus ancre la personne et ses objectifs dans la réalité. Au cours de cette étape, une personne réfléchit aux obstacles et difficultés possibles auxquels elle peut être confrontée tout en s’efforçant d’atteindre l’état souhaité.

Lorsqu’elle se concentre sur les obstacles, une personne est encouragée à se concentrer sur les aspects internes de soi qui peuvent entraver la réalisation des objectifs, plutôt que sur les choses indépendantes de sa volonté. Par exemple, la personne qui cherche une promotion peut reconnaître en elle-même une tendance à éprouver le syndrome de l’imposteur ou une faible confiance en soi.

Une fois de plus, la personne qui termine l’exercice WOOP est encouragée à faire une pause et à réfléchir pleinement à ces défis imminents, en imaginant comment ils se dérouleraient dans la réalité.

P-Planification
La dernière étape du contraste mental consiste à élaborer un plan si-alors, parfois appelé définition des intentions de mise en œuvre (Gollwitzer et Brandstätter, 1997).

La personne qui remplit la feuille de travail WOOP se concentre sur l’un des obstacles rencontrés à l’étape précédente. Elle est ensuite invitée à élaborer un plan pour y remédier : si je rencontre un obstacle X, je répondrai par l’action Y.

Par exemple, la personne qui cherche à réintégrer la scène des rencontres peut anticiper de manière réaliste qu’elle éprouvera des nerfs avant un premier rendez-vous, ce qui la tentera d’annuler. En réponse à ce défi anticipé, la personne qui pratique le WOOP peut faire un plan pour parler de ses angoisses avec un ami ou pratiquer la respiration consciente si de telles angoisses surviennent.

C’est l’étape qui, selon les chercheurs, distingue le contraste mental des autres types d’interventions. En effet, cela permet à quelqu’un de mettre en œuvre un scénario pré-planifié face à des défis inévitables, soutenant ainsi la poursuite d’un objectif.

 

6. Il nous manque de bonnes routines

 Un leader, c’est une personne qui fait CHAQUE JOUR ce qui le rend plus fort.

 

Vous vous réveillez une heure avant le travail et vous vous précipitez pour vous préparer. Vous vous douchez à la vitesse de l’éclair et prenez une barre énergétique et un café avant de sortir en courant. Pourtant, le travail vous laisse déconcerté et dépassé. Bien avant la fin de la semaine, vous êtes épuisé et savez que vous n’atteindrez pas les objectifs de cette semaine.

Comment sortir de cette misérable ornière ? Un seul mot : les routines.

Les routines du matin et du soir vous préparent au succès. Ils vous aident à en faire plus, à penser clairement et à faire un travail qui compte vraiment. Ils vous empêchent de trébucher tout au long de votre journée et vous permettent de faire les choses les plus importantes.

Tout ce qu’il faut, c’est un peu de discipline, ainsi que des routines qui vous prépareront au succès. Voici le quoi et le pourquoi des routines, ainsi que 12 routines du matin et du soir que vous pouvez mettre en œuvre pour créer des journées plus parfaites.

Tout d’abord, définissons ce que signifie routine : une routine est une séquence d’actions que vous effectuez de manière répétée.

Se brosser les dents tous les soirs et se préparer à aller au lit est une routine. Se réveiller à 6h00 et faire de l’exercice tous les matins est une routine. Acheter un bagel et lire les nouvelles avant de vous rendre au travail chaque matin est une routine. Même manger des chips en regardant Netflix est une routine. Ce sont toutes des actions qui se reproduisent encore et encore, un rythme dans votre vie quotidienne.

Cela n’en fait pas toutes de bonnes routines – ce sont simplement des routines du fait qu’elles sont effectuées régulièrement. Utile ou non, chaque routine est puissante.

Les routines créent des personnes très performantes
Nous sommes ce que nous faisons à plusieurs reprises. L’excellence n’est donc pas un acte, mais une habitude.
Aristote

 

Dans son livre Daily Rituals: How Artists Work, Mason Currey écrit sur les habitudes, les routines et les rituels de centaines d’artistes, dont Frederic Chopin, Benjamin Franklin, Karl Marx et Ernest Hemingway. Même si leurs routines variaient énormément, chaque individu suivait des étapes pour se mettre dans un état d’esprit optimal.

Après avoir étudié les grands artistes, Currey est arrivé à cette conclusion :

Entre de bonnes mains, [une routine] peut être un mécanisme finement calibré pour profiter d’une gamme de ressources limitées : le temps (la ressource la plus limitée de toutes) ainsi que la volonté, l’autodiscipline, l’optimisme. Une routine solide favorise un groove bien usé pour ses énergies mentales et aide à conjurer la tyrannie des humeurs.

Les routines mettent notre cerveau en pilotage automatique

Mais qu’est-ce qui rend les routines des personnes très performantes si puissantes ? Il s’avère que nous sommes des créatures d’habitude et que nous pouvons l’utiliser pour accomplir tout ce que nous voulons. Dans Le pouvoir des habitudes, Charles Duhigg détaille comment les habitudes mettent notre cerveau dans un état automatique où peu ou pas de volonté est requise.

Cela fonctionne comme ceci :

Étape 1 : Il se passe quelque chose qui sert de signal à votre cerveau, le mettant en mode « automatique ». Un exemple simple est le réveil. Quand je me réveille, mon cerveau sait immédiatement qu’il est temps d’allumer la machine à café. Cette habitude est ancrée dans mon cerveau depuis des années.

Étape 2 : Exécutez la routine. C’est là que j’allume la machine à café, attends qu’elle soit infusée, la verse dans ma tasse préférée, m’assois sur une chaise près de la fenêtre de la cuisine et enfin bois le café.

Étape 3 : Récoltez les fruits de la routine. La délicieuse saveur et la caféine à indice d’octane élevé renforcent la routine de sorte que le lendemain matin, je la répète à nouveau.

Routines matinales pour vous aider à bien commencer la journée

Si vous gagnez le matin, vous gagnez la journée.

Les routines matinales de Ferris et Robbins incluent toutes deux la méditation, tandis que les routines de beaucoup d’autres incluent de commencer la journée avec une tasse de café frais. Quel que soit votre horaire du matin, voici quelques-unes des meilleures façons de commencer votre journée et de vous préparer au succès.

Se lever tôt
Il y a des exceptions, comme Winston Churchill qui aimait lire au lit jusqu’à 11h00, mais de nombreux élèves très performants se lèvent tôt pour se préparer à la journée. Dans ces premières heures, ils peuvent exécuter leurs routines pendant que le reste du monde dort.

Considérez ces exemples :

Le PDG de Square, Jack Dorsey, se lève à 5h30 pour pouvoir faire un long jogging.

Le fondateur de Virgin Group, Richard Branson, se réveille à 5 h 45 pour faire de l’exercice et prendre un bon petit-déjeuner.

Le PDG de GM, Dan Akerson, se lève entre 16h30 et 17h00 pour pouvoir parler à GE Asia.

Le PDG d’Apple, Tim Cook, se lève à 4h30 pour pouvoir envoyer des e-mails et être au gymnase à 5h00.

Même s’ils ne sont pas naturellement des alouettes du matin – le contraire des noctambules – ils se sont entraînés à se réveiller tôt pour les nombreux avantages qu’un lever précoce peut apporter. Ceux-ci incluent une productivité accrue avec moins de distractions tôt le matin, une plus grande créativité car vous pouvez travailler lorsque votre esprit est frais et moins de stress si vous utilisez ce temps supplémentaire pour la méditation ou la contemplation silencieuse. Cela pourrait aussi vous rendre plus heureux : les chercheurs d’une étude ont découvert que les personnes de type matinal rapportaient des niveaux plus élevés de positivité et de bien-être.

La meilleure routine pour vous est celle qui vous convient le mieux, en fonction de vos forces, vos faiblesses, et vos défis.

7. Nous ne respectons pas nos valeurs fondamentales

 

objectifs, buts, buts.

Il est important de rester informé sur la façon de s’améliorer et d’améliorer les autres. Cependant, trop d’absorption avec certains objectifs peut altérer la valeur même de l’existence.

Il ne suffit pas d’être occupé, les fourmis aussi. La question est, par quoi sommes-nous occupés ?

Henry David Thoreau

 

Les excellentes paroles de Thoreau nous invitent à réfléchir à une image plus large. Nos valeurs fondamentales nous poussent-elles vraiment à poursuivre ? Si c’est le cas, continuez. Sinon, il est peut-être temps de faire une pause.

Même si l’établissement d’objectifs peut en effet renforcer le sens du but, la confiance en soi et l’autonomie d’une personne, l’habitude de se fixer des objectifs peut nous éloigner de nos valeurs fondamentales.

La tendance actuelle, malheureusement, est de suivre cette « voie très fréquentée » où l’épuisement professionnel est ancré dans la culture d’entreprise moderne (Petersen, 2019). Elle touche particulièrement la génération des milléniums.

L’épuisement professionnel, soutient Petersen, fait partie de l’implication excessive des parents baby-boomers dans la vie de leurs enfants, ainsi que de l’évolution des relations de travail modernes et des technologies des médias sociaux.

À bien des égards, cela a brouillé la frontière qui existait autrefois entre la vie professionnelle et la vie privée, qui est largement inexistante aujourd’hui.

De nombreuses personnes se sentent obligées de toujours marquer ou commercialiser qui elles sont ou ce qu’elles font afin qu’elles puissent se sentir connectées et rivaliser pour un statut social, même lorsqu’elles ne sont pas dans le monde professionnel. Pour beaucoup, cela se traduit par l’intériorisation d’un sentiment selon lequel on devrait travailler « tout le temps ».

Cela pousse les gens à comparer leur vie ou leur «impact» avec les autres et à se fixer des objectifs à partir de la comparaison sociale et de l’insécurité, plutôt que des objectifs centrés sur un véritable désir de changer quelque chose.

Une culture des soins personnels est apparue, comme une réponse possible à l’épuisement professionnel et aux périodes accablantes.

Les soins personnels, cependant, ne sont pas une solution complète étant donné que :

« Le problème avec l’épuisement professionnel holistique et dévorant, c’est qu’il n’y a pas de solution. Vous ne pouvez pas l’optimiser pour qu’il se termine plus rapidement. Vous ne pouvez pas le voir venir comme un rhume . La meilleure façon de le traiter est d’abord de le reconnaître pour ce qu’il est – pas une maladie passagère, mais une maladie chronique – et de comprendre ses racines et ses paramètres.

 

Peterson rappelle également les paroles du psychologue social Devon Price, qui, écrivant sur le thème de l’itinérance, a fait valoir que :

« La paresse, du moins de la manière dont la plupart d’entre nous la conçoivent généralement, n’existe tout simplement pas. Si le comportement d’une personne n’a pas de sens pour vous, c’est parce qu’il vous manque une partie de son contexte. C’est si simple. »

 

Par conséquent, cela vient comme un message de mise en garde contre la fixation excessive d’objectifs et la folie du développement personnel et de l’amélioration constants.

La société moderne nous encourage à sentir que nous ne sommes jamais «assez bons». Comment concilier l’auto-compassion que nous sommes assez, avec le désir d’être meilleur et de se fixer des objectifs ?

Une réponse consiste peut-être à éviter les objectifs qui ne correspondent pas à vos valeurs fondamentales, ainsi que les objectifs qui font plus de mal que de bien.

Un message à retenir

Réfléchir et discuter:


Utilisez ces questions pour l’autoréflexion ou pour susciter des conversations significatives.


BRISE-GLACE
1. Quelles sont vos meilleures habitudes ou vos routines ?
2. Quels sont vos pires habitudes ou pires routines?
3. Si vous ne pouviez accomplir qu’un seul
objectif cette année, quel serait-il?

QUESTIONS PLUS PROFONDES
1. Que voulez-vous changer le plus dans votre vie cette année ?
2. Quelle est la chose que vous pouvez faire
aujourd’hui pour encourager ce changement?
3. Sur quelles habitudes voulez-vous vous concentrer sur cette année?
4. Si vous pouviez comme par magie changer une habitude dans votre vie, ce serait quoi et pourquoi?

Vision sans action
n’est qu’un rêve.
Action sans vision
passe juste le temps.
Vision avec action peut
changer le monde.
JOEL A. BARKER

Nous espérons que vous avez apprécié la lecture de cet article. N’oubliez pas de télécharger gratuitement nos trois exercices d’atteinte d’objectifs.

Avec gratitude, et amour,
  • Facebook
  • Pinterest
  • LinkedIn

Avec gratitude, et amour,

Céline Folifack

Partagé sur Facebook.

Vous aimerez aussi…

Pin It on Pinterest

Share This